18e ACC américain

18E ACC AMÉRICAIN
Confront & tone 40

Avec les CCH, L. Ron Hubbard avait la solution pour amener les auditeurs à craquer même les cas « les plus coriaces ». Même si les procédés demandaient l’endurance et la compétence d’un auditeur au ton 40 — niveau que seuls les Clairs et les OT étaient capables d’atteindre, L. Ron Hubbard avait déjà transmis la solution au Congrès de la liberté, où il l’avait démontré en faisant le coaching des exercices d’entraînement (TR) de l’enseignement supérieur. Et dans le 18e ACC, il a ensuite transmis ces nouvelles techniques aux auditeurs. Étant donné que l’essence des TR est l’aptitude à percevoir, L. Ron Hubbard a alors donné son discours classique sur la confrontation — La Scientologie et une connaissance efficace. Puis les étudiants des ACC ont littéralement testé les éléments de la formation future. Avec les TR comme étape sous-jacente aux procédés d’audition, L. Ron Hubbard a enseigné un ensemble de découvertes qui y étaient associées : la définition et l’application du niveau de nécessité ; l’emploi de l’audition non conventionnelle, de l’audition conventionnelle et de l’audition à ton 40 ; la relation entre l’échelle de l’effet et le niveau sur l’échelle des tons, et les réponses longtemps cherchées à l’un des mystères les plus anciens auxquels l’Homme soit confronté : la mort. C’est ici que l’on trouve la pleine application technique de la percée révolutionnaire qui a non seulement changé les académies pour toujours, mais qui a fourni à l’Homme sa première technologie efficace sur la façon de confronter.

Lire plus 

Achat
330 $ CA
Quantité
Langue
Port gratuit Port gratuit disponible.
En stock
Expédition dans les 24 heures
Format:
Disque Compact
Conférences:
22

INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES 18E ACC AMÉRICAIN

La disposition à faire est ce qui détermine l’aptitude et c’est la seule chose qui détermine l’aptitude. — L. Ron Hubbard

Avec la percée des CCH (Contrôle, Communication, et Avoir), L. Ron Hubbard avait développé la technologie jusqu’au point où un auditeur compétent et très bien formé parvenait à craquer les cas les plus « coriaces ». Ou, si on veut le formuler d’une autre façon, sa recherche et ses simplifications afin d’atteindre tous les préclairs possibles avaient tellement fait avancer les procédures d’audition que même les Homo sapiens les plus résistants abandonnaient leurs aberrations et consentaient à devenir libres. Comme il l’écrivait en juin 1957 :

« Nous pouvons auditer avec précision et de façon prévisible un bébé d’un jour, une personne dans le coma, un schizophrène catatonique, un cas sans concept de la réalité ou une personne en très bon état. Bien sûr, ce sont des nouvelles, mais cela change également plusieurs choses. »

Quant à ce que cela signifiait pour la mise au clair à grande échelle, L. Ron Hubbard avait mis l’accent sur le fait que plus de 50 % de ces résultats dépendaient de l’aptitude de l’auditeur. Et cela était particulièrement vrai dans le cas des CCH, la puissance de ces procédés mettant à rude épreuve l’endurance et les aptitudes de l’auditeur. En fait, L. Ron Hubbard avait découvert que l’efficacité des CCH dépendait dans une grande mesure du niveau de ton et de l’état de cas de l’auditeur. Pour que les CCH soient efficaces, il fallait un auditeur au ton 40. Ainsi, il existait en apparence un obstacle insurmontable : en effet, quand on parlait de ton 40, on regardait uniquement les Clairs et les Thétans Opérants. Et avec le besoin de milliers d’auditeurs — dès maintenant — afin de commencer la mise au clair de la planète, le temps ne permettait pas de faire atteindre l’état de Clair à tous les auditeurs avant de commencer à auditer ces procédés sur d’autres.

Cependant si cela avait été la situation jusqu’à ce jour, L. Ron Hubbard avait trouvé la solution et l’avait annoncée au Congrès sur la liberté, appelé de cette façon, car il s’était ouvert le jour de l’anniversaire de la Proclamation d’indépendance des États-Unis, le 4 juillet 1957, et avait vu la publication de nouvelles technologies afin de libérer tous les êtres sur Terre. Et bien que ce congrès comportât une démonstration intéressante — et inoubliable — des exercices d’entraînement et des exercices d’enseignement supérieur, L. Ron Hubbard était sur le point de mettre ces nouvelles techniques pleinement en application dans la formation des auditeurs au cours du 18e cours d’instruction clinique avancée américain.

Cet ACC, qui s’était tenu dans un magnifique bâtiment de quatre étages dans la 19e rue à Washington, avait commencé le 8 juillet 1957. L’académie bourdonnait au moment où plus de 65 auditeurs venus d’endroits aussi éloignés que l’Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande — ainsi que de toute l’Amérique — attendaient l’arrivée de L. Ron Hubbard sur l’estrade pour la première conférence. Allant droit au but, il commença avec un classique — sa conférence immortelle : « La Scientologie et une connaissance efficace » dans laquelle il précisa la différence fondamentale entre les « merveilles » des études précédentes sur le mental et l’esprit et tout ce que la Scientologie représente :

« La plupart de nos données sont fondées sur une base solide, c’est-à-dire, l’observation.

« Et votre aptitude à connaître le sujet correspond à votre aptitude à regarder ; ni plus ni moins. »

Puis, dans la même conférence, L. Ron Hubbard donna la direction du cours pour les six prochaines semaines, mettant l’accent sur le conseil le plus efficace qu’un coach peut donner à un étudiant :

« “Fais-le !” “Confronte-le !” »

Afin d’établir les standards d’entraînement des auditeurs, L. Ron Hubbard précisa que « la seule erreur que peut commettre un instructeur de Scientologie est d’entraîner avec trop de mollesse. »

C’est la direction que prit le 18e ACC. Cependant, ces étudiants ne se rendaient pas forcément compte que ce qu’ils étaient en train de faire allait constituer les bases de l’entraînement futur des auditeurs. En effet, tout ce qu’ils apprenaient et appliquaient allait devenir par la suite les fondements des TR professionnels connus et utilisés aujourd’hui, de Sydney à Miami, en passant par Budapest.

À cette fin, L. Ron Hubbard donna des conférences et forma ces auditeurs à un éventail de découvertes, de percées et techniques :

  • la théorie de l’audition — comment l’auditeur et le préclair ensemble sont plus forts que le contenu engrammique du mental réactif du préclair ;
  • le niveau de nécessité — sa définition et sa description détaillée ainsi que son application afin de résoudre des urgences ;
  • l’anatomie du sommeil — la différence entre le sommeil et l’anaten ainsi qu’un remède contre le manque de sommeil ;
  • les styles d’audition — la description et l’utilisation de l’audition informelle, de l’audition conventionnelle ainsi que de l’audition ton 40 ;
  • l’échelle de l’effet — la relation entre l’échelle de l’effet et les différents niveaux de ton ainsi que l’échelle de l’avoir, et comment s’occuper de quelqu’un bloqué à « avoir » ;
  • le Q.I. — les facteurs derrière la résolution du Q.I. et l’utilisation des tests ;
  • les groupes — des instructions sur comment s’occuper des gens et des groupes et comment aider les auditeurs à l’extérieur à réaliser leurs projets d’expansion dans leur zone.

En guise de conclusion de ce qui avait été accompli pendant ces six semaines historiques, voici ce que L. Ron Hubbard devait écrire dans l’édition du magazine Ability de septembre 1957, « La saga du dix-huitième ACC » :

« Nous avons, comme tous les étudiants peuvent vous le dire, finalisé des modèles d’entraînement. Nous savons aujourd’hui comment former comme jamais par le passé.

« L’art de la formation est de préserver la volonté tout en transmettant le sujet. Aujourd’hui, nous pouvons faire exactement cela — et même améliorer la volonté.

« Alors que les vieilles écoles de psychologie et de psychiatrie meurent et que nos nouvelles aptitudes arrivent, le monde change. Progressivement et tranquillement, nous prenons de plus en plus d’importance dans un domaine qui était jadis le domaine réservé des réducteurs de têtes et des embaumeurs de cervelles.

« La raison pour laquelle nous pouvons faire cela est due au cours de HCA remarquable que nous avons aujourd’hui et aux diplômés chevronnés des ACC. »

Et s’il est vrai que la formation des auditeurs n’allait plus jamais être la même, L. Ron Hubbard progressait déjà dans la prochaine grande phase de recherche, cette fois-ci afin de mettre la Scientologie à un mètre en arrière de la société, et cela avec une donnée centrale qui allait désormais guider toute la mise au clair de la planète.