19e ACC américain

19E ACC AMÉRICAIN
The Four Universes

« Nous entrons, en ce moment, dans un âge de space-opéra. Et nous sommes probablement les seules personnes qui savent ce à quoi font face Oncle Sam et Khrouchtchev. » Tandis que le chef de l’État soviétique Khrouchtchev acclamait le lancement du premier satellite russe Spoutnik et de la nouvelle suprématie de la Russie dans la conquête de l’espace, L. Ron Hubbard a convoqué un ACC véritablement historique. Faisant suite au « Congrès le plus important que nous ayons jamais eu » — le Congrès sur les aptitudes — le 19e ACC américain a commencé par un compte rendu des incidents de la piste totale implantés par des sociétés de l’espace, les conséquences que cela représente pour n’importe quel préclair et leurs implications au niveau de la civilisation. L’électromètre constituait un outil essentiel dans la solution de l’audition ; on l’utilisait à nouveau grâce au développement de l’électronique qui avait permis de produire un nouvel électromètre muni de transistors : l’électromètre bleu américain. Pourtant ce qui a rendu cet ACC important, c’était la procédure de Clair, codification de tous les procédés les plus efficaces lorsque les auditeurs les appliquaient. Cette procédure était composée d’une série d’étapes exactes pour arriver à l’état de Clair. Et lorsque ces auditeurs n’ont produit pas moins de quinze Clairs durant le cours lui-même, cela a représenté un accomplissement par excellence : des auditeurs autres que L. Ron Hubbard possédaient les techniques, le savoir-faire et la certitude nécessaires pour mettre au clair des personnes de façon routinière, posant les fondations du succès dans la seule conquête qui en vaille la peine : la mise au clair de la planète.

Lire plus 

Achat
600 $ CA
Quantité
Langue
Port gratuit Port gratuit disponible.
En stock
Expédition dans les 24 heures
Format:
Disque Compact
Conférences:
40

INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES 19E ACC AMÉRICAIN

Je crois que nous avons accompli la première percée majeure que l’Homme ait accompli dans cet univers depuis très, très longtemps.

Confronter l’état d’inaction plutôt élevé mais très sage de l’homme saint asiatique, y participer et le regarder avec un sentiment d’horreur devant le fait que des gens puissent en savoir autant et agir si peu, puis tourner la tête et confronter la brutalité des sciences, constituait probablement une disparité trop grande. À partir d’un état de choc et d’une inaptitude à réconcilier les deux, j’ai fait ce qui a été fait ici — et nous avons accompli la percée. L. Ron Hubbard

Le 4 octobre 1957, une sphère faite d’un alliage d’aluminium, d’un diamètre de 60 centimètre et pesant 80 kilos quittait la Terre à une vitesse de 8 kilomètres par seconde, et après être sortie de l’atmosphère, décrivait une courbe pour se placer en orbite à 800 kilomètres au-dessus de la surface de la Terre. Le satellite russe Spoutnik venait d’entrer dans l’histoire, la conquête de l’espace avait commencé.

Cependant, parmi les gouvernements occidentaux, pour qui le lancement avait constitué une surprise totale, il y avait bien plus de consternation que d’enthousiasme. Quand les soviets avaient recommencé un mois plus tard avec un second satellite encore plus grand, la domination soviétique dans cette nouvelle ère semblait se confirmer — particulièrement quand une tentative américaine trop précipitée d’égaler l’exploit des Russes s’était soldée par l’explosion de la fusée Vanguard, deux secondes après son lancement, le 6 décembre. Les leaders politiques américains étaient donc nerveux, croyant qu’un échec dans la maîtrise de l’espace pouvait avoir de sérieuses conséquences militaires.

C’est dans ce climat politique que L. Ron Hubbard avait réuni dans les derniers jours de 1957 ce qu’il avait décrit comme « le congrès le plus important que nous ayons jamais eu ». C’est dans le Congrès sur les aptitudes, marqué par une série de percées, que L. Ron Hubbard avait publié de nouvelles données concernant la source des images mentales, l’anatomie de Commencer, changer, arrêter — et de manière particulièrement importante au vu des événements mondiaux — comment parvenir à la survie dans la troisième dynamique.

Puis juste après le Congrès sur les aptitudes arriva le 19e cours d’instruction clinique avancée américain avec un programme d’application détaillé, destiné aux auditeurs. Si le congrès avait été historique, cet ACC était également mémorable. En effet, les auditeurs qui avaient pris l’avion pour venir écouter l’un des ACC légendaires de L. Ron Hubbard étaient sur le point d’apprendre plusieurs choses à propos de la « conquête de l’espace » que ni le président américain Eisenhower ni le leader soviétique Khrouchtchev ne pouvaient même imaginer.

La date était le 20 janvier 1958. Le lieu, un bâtiment couvert de lierres, dans la 19e rue à Washington et une ambiance appesantie par l’urgence et l’attente qui allait bientôt être largement satisfaite :

« Il est plutôt amusant de voir tant d’histoires de space-opéra surgir en ce moment. En fait, les histoires de space-opéra sont restimulées par la science- fiction. Ou c’est la science-fiction qui est restimulée par les histoires de space-opéra. Mais nous nous dirigeons directement en ce moment vers une ère de space-opéra. Et nous sommes probablement les seules personnes qui savent ce à quoi font face Oncle Sam et Khrouchtchev. »

Ce qui suivit était le résumé captivant d’incidents de la piste entière implantés chez les gens par les sociétés de l’espace, les implications pour cette civilisation et, concrètement, les conséquences pour chaque préclair.

« Vous obtenez de la randomité comme celle que je viens de vous le décrire dans le space-opéra et le type finit par tirer le rideau. Il met littéralement une image mentale dessus appelée un “rideau”.

« Eh bien, il prend généralement cela de l’arrière-piste et cela provient généralement du space-opéra. La quantité de force, d’explosion, de durée et de bouleversements dans l’un de ces incidents du space-opéra ferait sembler tout ce qui pourrait arriver à quelqu’un sur la Terre en ce moment comme quelque chose de plutôt terne. Ce serait de l’ordre de lancer la personne avec un mécanisme de catapulte à cent mille kilomètres par heure dans une falaise, vous voyez ? Vous obtenez beaucoup d’impact, vous obtenez un tas de choses. Donc, la violence présente dans ces incidents fait qu’ils résistent. Cela a demandé énormément de temps pour résoudre cette chose appelée l’environnement et c’est plutôt un triomphe aujourd’hui d’être capable d’en résoudre un. »

Un outil essentiel à cette solution était la réintroduction de quelque chose qu’aucun auditeur n’avait prévu — l’électromètre. Son utilisation avait été abandonnée trois ans auparavant, car Mathison (le constructeur) l’avait rendu trop complexe à utiliser pour tout autre qu’un ingénieur et les réactions de l’aiguille étaient inadéquates pour les procédés de mise au clair les plus avancés que L. Ron Hubbard avait mis au point. Cependant, des percées en électronique avaient maintenant permis de construire un nouveau type d’électromètre. C’est ainsi que le célèbre électromètre bleu américain était apparu. Son utilisation avait déjà démontré son efficacité en réduisant le temps d’audition nécessaire des deux tiers. C’est ainsi que l’électromètre avait repris sa place légitime en tant qu’élément essentiel pour atteindre les états de Clair et de thétan opérant.

Cependant les percées de L. Ron Hubbard sur la piste entière ainsi que les outils pour les auditeurs culminaient tous dans un développement qui dans son application allait marquer le 19e ACC : la Procédure de Clair. Il s’agissait d’une codification des procédés que L. Ron Hubbard avait trouvés les plus efficaces quand ils étaient appliqués par les auditeurs, consistant en une série exacte d’étapes pour arriver à l’état de Clair. Son élément de base était un élément qui touchait tous les êtres de près, car comme L. Ron Hubbard l’expliquait :

« La participation à la séance est traitée ici dans la Procédure de Clair, et je veux souligner que la chose principale, l’élément essentiel, la clé de la participation est l’Aide, qui est clarifiée dans le CCH 0, et c’est l’élément sur lequel on met l’accent. »

Une fois que la participation était établie, les auditeurs continuaient à parcourir les étapes suivantes de la Procédure de Clair vers le but final, qui était de mettre le préclair au point-cause — car c’était cela un Clair : un thétan qui peut sciemment être au point-cause sur la vie, la matière, l’énergie, l’espace et le temps, de manière subjective et objective. Pour s’assurer de leur pleine compréhension de chaque aspect de la mise au clair, L. Ron Hubbard leur en enseigna les données sous-jacentes, les principes et les mécanismes.

  • L’histoire de la mise au clair — comment le spirituel et le matériel sont entremêlés et pourquoi il faut les deux pour avancer dans la vie ;
  • les quatre univers — un auditeur doit connaître et savoir différencier les quatre univers : le thétan, l’esprit, le corps, et l’univers matériel ;
  • thétan opérant — sa relation avec l’état de Clair et comment une personne arrivera à l’état de Clair dans la mesure où l’auditeur audite avec le but de rapprocher la personne de l’état de thétan opérant ;
  • l’importance de l’auditeur — comment un auditeur est toujours supérieur à un Clair ;
  • les postulats — le premier postulat qu’un thétan doit faire afin de devenir très, très aberré est qu’il y a quelque chose de douloureux à propos de la vie ;
  • la mise au clair — c’est l’auditeur qui met les gens au clair, les techniques ne mettent au clair personne ;
  • Questions et réponses — L. Ron Hubbard répond aux questions des étudiants sur la façon de contrôler les champs et explique en quoi consistent des TR corrects, ce que sont le Q & A en séance, l’électrométrie et le processing des mock-ups.

Tout ce que L. Ron Hubbard enseigna culmina sur tout ce à quoi il avait travaillé — en fait son premier but concernant la formation d’auditeur depuis la première fondation et le Livre Un. En effet, en raison de l’urgence de la mise au clair à grande échelle, il avait posé une condition particulière : il ne donnerait pas de coaching personnel. Seuls les instructeurs seraient responsables de la supervision de leurs cours ainsi que du fait que les étudiants sachent comment auditer. Par conséquent, quand pas moins de 15 des 35 étudiants sélectionnés de cet ACC atteignirent le glorieux état de Clair sur le cours lui-même, pendant que les autres étaient eux-mêmes bien engagés dans cette voie, « cela » marqua l’accomplissement suprême — des auditeurs autres que L. Ron Hubbard avec l’aptitude, le savoir-faire, et la certitude de pouvoir clarifier les autres et cela de manière routinière. Les bases de la « mise au clair planétaire » venaient d’être posées.

Les bases de la mise au clair de la planète venaient d’être posées. Il s’agissait en fait de la seule course qui en vaille la peine, d’où l’Opération Clair : « Vous mettre au clair, puis mettre au clair votre environnement, puis mettre au clair votre pays. » Comme L. Ron Hubbard l’a observé :

« Vous pouvez dire que nous avons fait du sur-place en tant qu’organisation et que nous attendions ce jour. Ce jour est arrivé. Plus besoin de faire du sur-place. Face à un monde en déclin, nous avons réussi, peu importe ce qui se passera sur Terre.

« Quod erat demonstrandum.

« Cela peut être fait pour vous. »