L’application de la Théorie des jeux

L’APPLICATION DE LA THÉORIE DES JEUX

Avec sa découverte selon laquelle les éléments des jeux étaient fondamentaux dans l’audition, L. Ron Hubbard a commencé un cours professionnel très spécial. Comme il avait décrit la théorie des jeux et son application dans les conférences du Remède à l’avoir — Pourquoi les jeux — il enseignait ensuite avec précision aux étudiants l’application de la théorie des jeux dans l'audition. Voici les trois facteurs qui sont à l’origine du phénomène d’être « bloqué dans un gain ». Voici, aussi, son explication détaillée d’une condition de non-jeu. De plus, en vue de l’application de procédés spécifiques, trois conférences sont consacrées aux Six niveaux d'audition. Cette série de conférences, qui renferme plusieurs des progrès sur lesquels repose Scientologie : les fondements de la vie, contient une technologie si importante qu’elle allait ensuite prendre sa place comme élément central de l’audition standard. Et pour résumer ce que cela représentait en fin de compte, ce n’était rien d’autre que les moyens de rendre aux gens la maîtrise de leur propre destinée. Car comme L. Ron Hubbard l’a dit aux auditeurs : « Vous êtes des experts dans le domaine de la conscience. Et vous utilisez cette conscience pour rendre le préclair conscient de ses barrières et de ses libertés. Et si vous le faites parfaitement, vous gagnez. Et c’est le jeu de l’audition. »

Lire plus 

Achat
170 $ CA
Quantité
Langue
Port gratuit Port gratuit disponible.
En stock
Expédition dans les 24 heures
Format:
Disque Compact
Conférences:
9

INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES L’APPLICATION DE LA THÉORIE DES JEUX

Vous ne cherchez pas ce qui ne va pas chez le préclair pour le réparer, mais plutôt comment le faire aller mieux. Vous ne cherchez donc même pas ce qui l’empêche d’aller mieux, parce qu’il y a certaines choses qu’il devrait être capable de faire. Nous ne sommes donc pas vraiment intéressés de savoir pourquoi il ne peut pas les faire, mais dans le fait de les lui faire faire. — L. Ron Hubbard

Au mois de février 1956, L. Ron Hubbard se trouvait à Londres depuis cinq mois. Son objectif était non seulement de consolider la structure organisationnelle de la Scientologie en Angleterre, mais aussi d’informer les auditeurs au sujet des avancées techniques des deux années précédentes et, en même temps, de développer le « moyen » de disséminer pour ouvrir toutes grandes les portes. À tout point de vue, les résultats furent un succès sans précédent.

Sur le plan organisationnel, l’Association internationale Hubbard des scientologues avait dépassé les capacités d’hébergement de son siège et déménagé dans un espace plus vaste, à la Brunswick House, au Palace Gardens Terrace, noir de monde. Simultanément, la dissémination prenait son essor tant par le fait que de plus en plus de gens reconnaissaient la Scientologie que par son application dans la société. C’est parce que L. Ron Hubbard donnait sa célèbre série de conférences au nouveau théâtre de Lindsey, dans une salle bondée au-delà de ses capacités, qu’il avait aussi reçu une reconnaissance nationale de la part de la presse qui le présentait comme un « pionnier des frontières du mental et au-delà ». Une preuve de l’ampleur de ses efforts de dissémination est le fait qu’un archevêque était étudiant au cours professionnel et utilisait l’avant-dernière liste de Self-Analyse avec sa congrégation à Chelsea, dans l’ancienne Église catholique du Bon Berger.

Ce qui était encore plus remarquable et plus important aux yeux de L. Ron Hubbard lors de ces quelques mois, c’était la mise au point d’une série de techniques sans précédent. Tout particulièrement lors du 4e cours d’instruction clinique avancée (ACC) qu’il avait commencé à dispenser en octobre 1955, il avait donné des conférences aux auditeurs sur des percées fondamentales pour tous les cas et leur avait appris tout un éventail de nouvelles procédures. Puis, avec l’ACC en plein essor, il avait inauguré régulièrement des conférences : les réunions des auditeurs de Londres. Alors que les diplômés de l’ACC appliquaient les dernières technologies à une large catégorie de préclairs et que L. Ron Hubbard supervisait la formation des instructeurs de Londres, un facteur essentiel émergeait concernant l’audition : les jeux.

En effet, ce facteur était tellement important que L. Ron Hubbard entreprit de donner un cours professionnel très spécial. Bien qu’il ait défini la théorie des jeux et son application dans ses conférences Les réunions des auditeurs de Londres, il entreprit alors d’instruire des étudiants sur la codification et l’application exacte de la théorie des jeux dans l' audition. Cette théorie jouait un rôle tellement important dans l’audition qu’elle aboutit au jalon intitulé Scientologie : les fondements de la vie.

Essentiellement, la vie est un jeu. Encore plus important, L. Ron Hubbard inculquait à ces étudiants l’importance dans l’audition d’une considération qui sous-tend pratiquement toute la piste — un individu doit inclure la restriction s’il veut avoir la liberté.

« Vous dites : “J’aimerais que ce préclair soit libre.” Comment faites-vous pour le rendre libre ? Donnez-lui au moins une barrière.

« Il doit avoir quelque chose dont il peut se libérer. S’il n’est nulle part, sa liberté n’existe pas. Il est dans un très mauvais état s’il n’a aucune restriction ou barrière. Et cela est prouvé par le fait qu’en restaurant simplement les barrières chez les gens, nous faisons grimper leur intelligence vers plus d’aptitude, plus de bonheur et nous leur donnons un jeu. »

Il s’agissait donc de l’application de l' audition des jeux au domaine de l’audition et de tout un éventail de données connexes et de mises en application :

  • l’énergie — en frottant des pensées contre une particule d’énergie, un thétan peut les faire disparaître ;
  • le pouvoir de choix — sa relation avec l’avoir ;
  • les barrières — un avoir qui se manifeste sous forme de problème duquel on aimerait se libérer ;
  • ne pas savoir — comment il s’agit d’une des barrières et des limitations d’un jeu ;
  • les mock-ups — comment, au cours de la recherche, le poids d’un individu passa de 90 à 104 kilos en raison des mock-ups qu’il poussait dans son corps ;
  • le cycle d’action — sa relation avec la liberté, l’avoir et les problèmes ;
  • les six procédés de base — leur développement et leur application dans l'audition des jeux ;
  • la confusion — comment y remédier en y introduisant une donnée stable ;
  • l’évaluation — la définition de l’évaluation est d’essayer d’imposer au préclair la réalité de l’auditeur, qui n’est pas celle du préclair.

En terminant avec succès le cours professionnel, L. Ron Hubbard avait diffusé une technologie tellement clé qu’elle allait déterminer tous les développements ultérieurs et devenir la composante centrale de l’audition standard. Résumons en disant que cela représentait pour le moins les moyens de restaurer chez les êtres le contrôle de leur propre destinée.

« Vous êtes un auditeur. Vous traitez de la pensée et de la vie d’une personne et donc vous pouvez la faire changer d’idée. Ces choses sont vraies en théorie, mais elles ne fonctionnent pas dans l’univers physique par la dramatisation et l’action. Tout comme une personne peut continuellement dramatiser un engramme de colère sans jamais le décharger, elle peut de même vivre continuellement dans cet univers sans en être suffisamment consciente pour pouvoir s’en défaire et changer de comportement, voyez ? Elle pourrait donc continuer ainsi pour toujours et de manière inconsciente.

« Vous êtes un expert du domaine de la conscience. Et vous utilisez cette conscience pour rendre le préclair conscient de ses barrières et de ses libertés. Et si vous le faites parfaitement, vous gagnez. Et c’est le jeu de l’audition. »