Le congrès sur l’anatomie d’Afrique du Sud

LE CONGRÈS SUR L’ANATOMIE D’AFRIQUE DU SUD

Immédiatement après le Congrès de l’anatomie du mental humain à Washington, L. Ron Hubbard s’envola pour Johannesburg. C’est là qu’il fournit le même congrès, adapté spécifiquement aux Sud-Africains. Il donna, lors de cette célébration unique, le Cours de l’anatomie du mental humain devant une salle comble et une audience record, démontrant les simplicités de la Scientologie et la façon de l’enseigner à d’autres : la piste de temps, commencer-changer-arrêter, le cycle d’action, les valences, la nature de l’aberration, et bien davantage.. Et pour que les gens comprennent mieux et intéressent les nouvelles personnes, L. Ron Hubbard présenta en plus l’échelle du pré-avoir — une échelle traitant de toute la gamme de la race humaine, et indiquant les niveaux successifs que doit suivre une personne pour monter du niveau le plus bas — intérêt inversé — au niveau le plus haut : intérêt. Pour terminer en beauté, il présenta son programme afin d’élever la condition de chaque homme, femme et enfant sud-africain. Vous y trouverez son message personnel, L’avenir de l’Afrique du Sud, adressé à un pays qui, selon lui, « serait le berceau de la prochaine grande civilisation sur cette planète ». En anglais seulement.

Lire plus 

Achat
170 $ CA
Quantité
Langue
Port gratuit Port gratuit disponible.
En stock
Expédition dans les 24 heures
Format:
Disque Compact
Conférences:
6

INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES LE CONGRÈS SUR L’ANATOMIE D’AFRIQUE DU SUD

C’est du sud de l’Afrique que jaillira la prochaine grande civilisation sur cette planète, et elle réussira parce qu’elle aura la Scientologie et toute sa technologie à ses côtés. L. Ron Hubbard

Ces mots historiques, écrits à la suite du premier et unique congrès dans le pays, marquèrent une période de croissance et de développement intensifs pour la Scientologie en Afrique du Sud.

C’était en 1961. Entre les conférences, la recherche, l’audition et les fonctions de cadre à la HASI de Johannesburg, L. Ron Hubbard en était venu à connaître l’Afrique du Sud — depuis ses ministres parlementaires et ses chefs tribaux jusqu’aux lycéens avec qui il parlait en zoulou, qu’il venait d’apprendre. Tandis qu’à la lumière de ce qu’il avait vu dans ce pays agité, il écrivait :

« Il est temps que nous passions à l’action.

« La politique a échoué.

« Sur cette planète, nous nous tenons seuls avec notre technologie entre les menaces actuelles et la destruction future. »

Pour apporter cette technologie à un continent, il convoqua le Congrès de l’anatomie, le 21 janvier 1961. C’était le plus grand congrès de Scientologie qu’il y avait jamais eu, avec plus de cinq cents scientologues sud-africains présents pour apprendre la nouvelle découverte de Ron : comment communiquer clairement les bases de la Dianétique et de la Scientologie à n’importe qui.

De plus, depuis des temps immémoriaux, les domaines du mental et de l’esprit avaient été complètement immergés dans le mystère et la complexité. Comme il l’a expliqué : comme L. Ron Hubbard l’avait expliqué, c’était parce que tout le domaine avait été relégué au « figure-figure » philosophique :

« Ce que nous avons fait de spectaculaire, c’est d’effectuer une percée dans le domaine du mental humain, en empruntant aux sciences physiques leur caractère pratique et en les appliquant aux sciences humaines. C’est ce qui s’est passé en Dianétique et en Scientologie. »

C’est là la substance de ce qu’il présenta, comme le Cours d’anatomie du mental humain. Ron démontra les « choses » de la Dianétique et de la Scientologie — des choses aussi concrètes et démontrables qu’un tube à essai ou qu’un mètre étalon et qui existent indépendamment de toute opinion. Par conséquent, c’étaient là les moyens de présenter la Scientologie comme un sujet pratique et aussi exact et précis que les sciences physiques. Puis, il ne se contenta pas simplement de montrer ces choses, mais il expliqua comment diriger le cours lui-même : le cycle d’action, commencer-changer-arrêter, la piste de temps, l’avoir, les problèmes de temps présent, les images mentales, la confusion et la donnée stable — en tout, une liste de vingt-quatre éléments essentiels qui formaient la base de ce nouveau cours.

Et si ce n’était pas assez, il dévoila encore un nouvel outil d’audition et de dissémination : l’échelle de pré-avoir. C’était un développement du « quatuor mortel » — les quatre facteurs nécessaires pour qu’un préclair soit entièrement en-séance et qu’il ait des gains (Congrès de Londres sur la dissémination et l’aide).

Ce qui revient à dire que le Congrès sud-africain de l’anatomie a apporté les outils nécessaires pour commencer à créer cette prochaine grande civilisation sur Terre. Voici aussi ce qui explique ces mots de L. Ron Hubbard au moment de partir :

« De ce fait, le programme que nous adoptons pour l’Afrique du Sud, et pour lequel je me bats, est simple : rendons chaque homme, femme et enfant d’Afrique du Sud sur lequel nous pouvons mettre la main aussi capable que possible, aussi vite que possible. »