Congrès sur le Thêta-Clair

CONGRÈS SUR LE THÊTA-CLAIR

Une expérience a époustouflé le monde : des pieds de tomates de 6 mètres de haut et des concombres de la taille de pastèques ont fait les gros titres mondiaux. Mais ce que les journaux savaient ne représentait même pas la moitié de cette saga épique que représentaient les expériences de L. Ron Hubbard sur la culture des plantes sous serre ; car il s’agissait bien là d’une véritable percée concernant la vie elle-même : comment les postulats fondamentaux que sont survivre et succomber interagissent-ils dans la vie et comment il en résulte ce jeu appelé « victime ». Dans la même lignée s’ensuivirent d’autres découvertes révélant les raisons fondamentales du caractère autodestructeur des postulats d’un être, et leur solution : les procédés sur la communication déblayant la piste de temps d’aberrations clés. De plus, voici où l’application a pris une dimension importante avec l’annonce d’un nouveau type d’audition permettant à un auditeur de prendre en main des centaines, voire des milliers de préclairs en même temps. C’est le moyen de mettre au clair à grande échelle et d’effectuer le sauvetage planétaire. Et pourtant, peu importe l’étendue de ces mises au point, quelque chose d’encore plus grand s’était produit à l’arrière-plan. Car c’est ici qu’eut lieu le congrès historique où L. Ron Hubbard annonça pour la première fois l’acquisition de la résidence la plus connue en Scientologie : Saint Hill Manor, East Grinstead, Sussex, Angleterre.

Lire plus 

Achat
170 $ CA
Quantité
Langue
Port gratuit Port gratuit disponible.
En stock
Expédition dans les 24 heures
Format:
Disque Compact
Conférences:
6

INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES CONGRÈS SUR LE THÊTA-CLAIR

Pour continuer à vivre, cela nécessite que l’on pénètre les mystères qui nous font retourner en arrière. Et le plus grand de ces mystères est le mystère : « Dois-je survivre ? Ou dois-je succomber ? » L. Ron Hubbard

Le but ? La mise au clair. Et pas seulement d’un individu, mais de centaines, voire de milliers en même temps.

C’était l’année 1959. Tandis que les sujets de la Dianétique et de la Scientologie entraient dans leur dixième année, L. Ron Hubbard lançait une toute nouvelle ère, qui allait littéralement changer l’image de la Scientologie, pour toujours.

Le développement de la technologie avait progressé jusqu’à l’obtention de ce que L. Ron Hubbard avait recherché depuis 1950. La mise au clair, par des auditeurs autres que lui-même, était devenue une réalité. Par conséquent L. Ron Hubbard était maintenant capable de se concentrer sur les moyens de poursuivre cette mise au clair sur une base bien plus large. Pourtant comme il le décrivait dans un article du printemps 1959, « Le sujet de la mise au clair », ce n’était pas un nouveau but :

« Quand j’ai découvert en 1950 que d’autres auditeurs ne pouvaient pas réaliser cela, j’en ai fait une affaire personnelle :

« 1. Étudier tous les phénomènes rattachés à la mise au clair.

« 2. Étudier des moyens d’enseigner aux auditeurs à faire le travail et

« 3. Faire que l’état originel soit atteint à grande échelle, par les auditeurs en général, avec tous les types de cas. »

En premier lieu, comme preuve du fait que la technologie avait évolué en direction d’une efficacité très précise — en vérité à un nouveau niveau — L. Ron Hubbard avait donné les conférences du cours Hubbard spécial d’auditeur professionnel, en avril 1959, pour servir de programme principal d’étude à un nouveau cours d’auditeur professionnel. Ces conférences comprenaient tellement de sujets que L. Ron Hubbard les avait décrites comme « les fondements des fondements ». Pour illustrer à quel point cette technologie d’auditeur s’était stabilisée, ces mêmes conférences sont toujours considérées aujourd’hui comme le cours de base de la formation d’auditeur.

Mais en plus de préparer cette information pour le futur, L. Ron Hubbard avait besoin de ce nouveau cours d’auditeur professionnel maintenant, afin de former rapidement des auditeurs en vue de quelque chose d’autre qu’il était en train de planifier — à savoir, la cible 3 ci-dessus — la mise au clair à grande échelle, par les auditeurs en général, avec tous les types de cas.

En fait, les aspects pratiques d’une mise au clair à grande échelle le rendaient nécessaire. En termes de quantité, peu importe combien d’auditeurs il pouvait former, ce ne serait jamais assez rapide si les gens devaient être mis au clair individuellement. Ce que L. Ron Hubbard cherchait était un moyen de mettre au clair qui soit « facile, rapide, peu coûteux » pour que chacun puisse en bénéficier.

La solution se trouve dans la coaudition, où deux auditeurs forment une équipe afin de s’auditer l’un l’autre. Pourtant la coaudition existait depuis quelques années, et ce que L. Ron Hubbard s’apprêtait à sortir était quelque chose d’entièrement différent. Cela provenait du fait que la coaudition était constituée d’équipes d’auditeurs formés. Mais s’il devait former chaque personne jusqu’au niveau d’auditeur professionnel avant qu’elle puisse en auditer une autre, rien ne serait accompli.

La solution ? L. Ron Hubbard avait mis au point un type de coaudition entièrement différent, pour le nouvel auditeur. Il l’avait appelé l’audition muselée, car les actions que l’auditeur avait le droit de faire étaient minimes et donc demandaient peu de formation. Mais ce n’était que la moitié de l’équation.

Plus tard, lorsqu’il avait convoqué les auditeurs pour les former lors du 6e cours d’instruction clinique avancée (ACC) de Londres, il avait introduit quelque chose dont ils n’avaient jamais entendu parler, le moyen pour un auditeur d’auditer des centaines de personnes, même des milliers à la fois. Et pas de l’audition de groupe, dans laquelle les commandements sont donnés à une pièce entière pleine de gens. Plutôt un nombre illimité de coauditeurs à peine formés, audités en réalité par un auditeur formé. C’était l’une des premières formes d’audition jamais développées, comme L. Ron Hubbard l’avait dit à ces auditeurs lors du 6e ACC de Londres :

« Donc, qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que c’est ? Vous pensez que c’est nouveau. Oui, oui, complètement nouveau par sa technologie et incroyablement nouveau par son efficacité. Mais ce n’est pas nouveau en tant qu’idée. Parce que c’est de cette manière que j’ai eu des tas d’heures d’audition en 1946, 47, 48 et 49.

« Maintenant, donc, l’idée d’un auditeur qui audite beaucoup d’équipes est très ancienne. Mais la méthodologie selon laquelle c’est fait aujourd’hui est toute nouvelle. »

Oui, il y avait une toute « nouvelle méthodologie » et elle avait tout à voir avec l’élément légendaire final dans cette période de recherche. Parce qu’en plus de cette expérience pratique avec les auditeurs à Londres, L. Ron Hubbard avait mené une recherche dans un tout autre endroit. Et même si les scientologues en général ne savaient rien de ça, L. Ron Hubbard fascinait le monde de l’horticulture avec ses expériences en serre, en produisant des résultats surprenants : des plants de tomates de cinq mètres de haut et des concombres de la taille de pastèques. Même si la presse faisait ses titres avec « le laboratoire atomique du docteur Hubbard » et décrivait « une découverte d’une immense importance pour tous les jardiniers », le fait est que ces journalistes ne connaissaient pas la moitié de l’histoire.

Parce qu’en fait c’était une recherche bien plus profonde, avec des ramifications universelles. Et ce qui avait été découvert étaient les postulats de base de survivre et succomber, et comment l’on devient victime, et de là, les mécanismes qui expliquaient non seulement pourquoi la vie succombe, mais aussi les procédés pour démarrer la mise au clair à grande échelle.

Et ce n’était que le commencement. En effet, L. Ron Hubbard avait planté quelque chose d’autre qui allait bientôt germer partout dans le monde. Et si cela n’avait pas été mentionné jusqu’ici, c’était uniquement parce qu’il le désirait ainsi.

Hôtel Shoreham à Washington, le 4 juillet 1959. Un tonnerre d’applaudissements en anticipation à ce qu’ils ne savaient pas encore. Sur ce, les lumières baissèrent, une photographie apparut sur l’écran accompagnée des mots de L. Ron Hubbard, maintenant immortalisés : « Et voici Saint Hill  ».