Congrès de l’anatomie du mental humain

CONGRÈS DE L’ANATOMIE DU MENTAL HUMAIN

Avec de nouvelles percées établies pour toucher n’importe quel cas, L. Ron Hubbard était prêt à « mettre les gaz » de l’expansion planétaire. Voici comment : avec un nouveau cours pour présenter les fondements de la Dianétique et de la Scientologie d’une toute nouvelle manière. Il reposait sur cette hypothèse simple : si l’on peut décrire les réactions chimiques ou les mécanismes des machines, comment quelqu’un peut-il décrire les éléments et les phénomènes du mental et de l’esprit humain ? Ron fournit la réponse, et montre comment le faire grâce au Cours d’anatomie du mental humain. On y trouve la présentation sur scène des " Choses de la Scientologie ", chacune étant aussi concrète et réelle que n’importe quoi dans les sciences physiques. Comme il poursuit dans son explication, aucune branche antérieure du mental n’avait jamais pu décrire de telles choses étant donné qu’elles faisaient toutes du « figure-figure ». Eh bien, il n’y a rien de tel ici. Rien de tel quand ces présentations en direct incluaient les démonstrations les plus captivantes et vivantes de tous les congrès — depuis les tubes à essai et l’électricité statique jusqu’aux crânes et cerveaux — tout cela pour décrire ce qu’est le mental et ce qu’il n’est pas. De plus, voici les moyens qu’a chaque scientologue de montrer aux gens qu’ils sont des êtres spirituels, ce qu’est réellement le mental et que la Scientologie peut les aider. Et maintenant vous savez pourquoi, alors qu’il demandait à l’assistance : « Où allons-nous à partir de là ? » Ron a répondu : « Nous allons aller jusqu’au bout. » Car les portes avaient été ouvertes pour amener la compréhension à chacun.

Lire plus 

Achat
170 $ CA
Quantité
Langue
Port gratuit Port gratuit disponible.
En stock
Expédition dans les 24 heures
Format:
Disque Compact
Conférences:
5

INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES CONGRÈS DE L’ANATOMIE DU MENTAL HUMAIN

J’ai bien peur que la réalité de tout cela nous arrive dessus bien trop vite. Vous êtes sur le point d’hériter de cette planète, que ça vous plaise ou non. Je ne peux qu’espérer que vous soyez suffisamment en forme pour aimer ça. — L. Ron Hubbard

Comme L. Ron Hubbard allait l’annoncer, l’heure était venue de faire exactement ce qu’il planifiait depuis 10 ans : ouvrir les vannes en grand pour laisser entrer une marée de nouveau public. C’était une décision entièrement alignée sur les avancées techniques de l’année précédente. Comme il l’a dit aux participants au congrès :

« Ce n’est pas de rendre les cas Clairs qui nous a freinés. C’est de mettre les cas en route qui nous a freinés. De mettre les cas en route. Si nous les mettons en route, nous pouvons les rendre Clairs. Les mettre en route avec des gains stables, c’est cela qui a été notre problème. Et nous pouvons tous les prendre d’un coup de nos jours. »

Après des années de recherche, L. Ron Hubbard avait déjà mis au point les procédés nécessaires pour atteindre tous les cas ainsi que la technologie pour les rendre Clairs. Il ne restait qu’une barrière : mettre le préclair en-séance pour que la technologie puisse être appliquée. C’était le principal centre d’intérêt en 1960. Et ce dont L. Ron Hubbard traitait était complètement en rapport avec la définition de « en-séance » : intéressé par son propre cas et désireux de parler à l’auditeur. C’est dans ce cadre que L. Ron Hubbard avait fait une découverte alarmante : certains préclairs n’étaient pas intéressés par leur propre cas. Sans ce facteur, aucun gain de cas n’était possible ! En faisant une recherche plus approfondie, il avait isolé quatre facteurs qui empêchaient l’intérêt, et le plus important était celui de l’aide. En réalité, ces gens ne s’intéressaient pas au fait de résoudre leur propre cas parce qu’ils ne croyaient même pas que l’aide fut possible.

Aussitôt L. Ron Hubbard avait réalisé la percée qui permettait de « démarrer un cas » avec la mise au point des procédés de pré-séance, ainsi nommés parce qu’ils résolvent les facteurs nécessaires pour qu’une séance puisse seulement commencer — d’où l’appellation de pré-séance.

Ron les avait publiés pour un usage immédiat dans la dissémination (le Congrès de Londres sur la dissémination et l’aide) et avait ensuite commencé un nouveau cours, le 1er cours d’instruction clinique avancée (ACC) de Saint Hill, pour enseigner aux auditeurs leur utilisation complète en audition. Car en plus d’amener de nouvelles personnes au point où elles sont intéressées et commencent leur première séance d’audition, ces facteurs de pré-séance étaient vitaux pour le cas de chaque scientologue.

« Très bien. À un certain moment du mois d’octobre 1960, je me suis rendu compte que c’était une affaire réglée. Le premier ACC de Saint Hill faisait avancer en masse des cas qui n’avaient jamais progressé auparavant, malgré des années de processing. Certains de ces cas n’avaient jamais changé malgré le processing. Et nous les faisions bouger. C’était une affaire réglée. »

Tout cela explique ce que L. Ron Hubbard apporta à ce congrès. Car, si les dix dernières années avaient été centrées sur les développements techniques qui avaient permis cet accomplissement, le temps était venu de passer à la prochaine étape inévitable. Comme L. Ron Hubbard l’expliqua :

« Maintenant, on peut ouvrir la porte d’entrée en toute sécurité. Prenez-les tous, prenez-les tous. »

Qui plus est, L. Ron Hubbard savait exactement comment il allait le faire. Car en combinant toutes ses années de mise au point, y compris tous les facteurs qui empêchaient les gains de cas, il avait mis au point un tout nouveau cours qui incarnait l’essence même de la Dianétique et de la Scientologie.

« Ce que nous avons fait de spectaculaire, c’est d’effectuer une percée dans le domaine du mental humain, en empruntant aux sciences physiques leur caractère pratique et en les appliquant aux sciences humaines. C’est ce qui s’est passé en Dianétique et en Scientologie. »

Ici réside également la substance de ce qu’il présenta dans le cours d’anatomie du mental humain. Son domaine d’application était évident. Si une énorme partie de la population pensait en effet que l’aide était impossible, c’était dû dans une grande mesure au fait que « le domaine du mental » avait toujours fait partie du « figure-figure » de la philosophie.

Pourtant, comme L. Ron Hubbard le présenta ensuite, il existait en Dianétique et en Scientologie 20 sujets « aussi tangibles que des tubes à essai », observables et démontrables dans l’univers physique.

C’est ainsi que débuta le congrès le plus pittoresque de l’histoire. Car même si l’hôtel Shoreham avait déjà tout vu, de l’audition de groupe aux exercices d’entraînement de l’enseignement supérieur, il s’agissait cette fois-ci d’éprouvettes bouillonnantes, de crânes, de marionnettes et de cerveaux en plastique, et même de feux !

Mais il y avait plus encore. Ayant mis au point la technologie pour faire des Clairs, L. Ron Hubbard plaça entre les mains de chaque scientologue les moyens les plus simples que l’on puisse imaginer pour amener une prise de conscience chez chaque être qui n’était pas encore sur la route. Et c’est de cela qu’il parlait quand il disait :

« Jusqu’où allons-nous aller maintenant ?

« Eh bien, je peux vous le dire franchement, nous allons aller jusqu’au bout. »